Sur le marché de plus en plus prisé sur PC portable "gamer", Acer tente depuis quelques mois de tirer son épingle du jeu avec sa gamme Predator. Cette version 17 pouces sera-t-elle aussi séduisante que la version 15 pouces récemment testée ?
Présentée lors de l'IFA 2015, la gamme Predator d'Acer se compose notamment de différents PC portables. Nous avons eu l'occasion de tester le Predator 15 pouces en mars 2016 et nous avons clairement été bluffés par sa qualité. C'est désormais au tour de son grand frère de 17 pouces de passer dans notre labo. Proposée aux alentours de 2000 €, cette version haut de gamme du Predator 17 embarque un CPU Intel Core i7, une GeForce GTX 980M en guise de carte graphique et 16 Go de mémoire vive. De quoi, sur le papier, jouer dans d'excellentes conditions.
Le Predator 17 reprend le design du Predator 15 et l'on se retrouve devant un châssis sous influences multiples, entre les ROG d'Asus et les machines d'Alienware. Le résultat, s'il manque d'originalité, est très efficace et l'on fait face à un pur produit "gamer", mais qui évite la surenchère de néons et de couleurs douteuses. Le revêtement en gomme autour du châssis est très agréable au toucher et retient étonnamment peu les traces de doigts, tout en proposant une véritable impression de solidité.
Le clavier est lui aussi tout à fait semblable à celui du Predator 15 et l'on retrouve donc des touches de type chiclet, bien espacées et qui offrent un très bon confort de frappe. On profite également d'un rétroéclairage dynamique et coloré, qu'il est possible de régler via un logiciel conçu par Acer. Juste à gauche du clavier, cinq touches dédiées aux macros peuvent être réparties sur 3 profils différents (pour un total de 15 raccourcis configurables). Notons également la largeur du touchpad et sa glisse confortable. Un bon point, même si ce genre de PC est surtout appelé à être utilisé avec une souris.
Lorsque l'on retourne la machine, on découvre une trappe très facilement démontable (deux vis à retirer) qui permet d'accéder à une partie des composants. On profite ainsi de deux emplacements libres pour de la RAM en DDR4, d'un HDD pré-installé et d'un autre emplacement qui peut accueillir un second SSD au format M.2 PCIe.
Enfin, comme le Predator 15, le Predator 17 est livré avec un ventilateur supplémentaire, qui peut s'installer en remplacement du lecteur/graveur de DVD. Ce dernier permet de diminuer légèrement la température du PC, mais fait en contrepartie monter le bruit. Ainsi, sans ce ventilateur, on relève un point de 41°C à l'avant, et 44,3°C à l'arrière, le tout pour un volume sonore de 40 dB. On entend donc un souffle diffus et continue.
Lorsque l'on ajoute le ventilateur, la température à l'avant baisse de 1°C, mais monte assez largement à l'arrière. Le bruit, quant à lui, passe à 41 dB. On note donc peu de différences avec et sans cet accessoire supplémentaire. Batterie Asus X75V ,

Plus gênante, en revanche, est la façon dont le ventilateur se met souvent en marche, quand bien même le PC est peu sollicité. Il arrive en effet que la soufflerie s'active alors que l'on est sur le bureau de Windows 10.

Le Predator 17 bénéficie d'un écran mat IPS de 17 pouces affichant une définition Full HD (1920 x 1080). Ce sont un format et une définition impeccables pour jouer dans de bonnes conditions, d'autant plus que la dalle mate permet de bénéficier d'une excellente lisibilité.
Le bilan technique de cet écran est en tout cas très bon. La colorimétrie frise ainsi la perfection, avec une température des couleurs à 6490 K, soit un chiffre extrêmement proche de la norme à 6500 K. Le delta E (écart entre les couleurs affichées et les couleurs parfaites, considéré comme excellent en dessous de 3) monte quant à lui à 4,5. On profite d'un rendu des couleurs très équilibré et assez fidèle. Également appréciable, la luminosité maximale monte à 390 cd/m², tandis que le contraste de 860:1 reste très correct pour ce type de machine. Enfin, la courbe gamma est stable, signe de noirs profonds et de blancs bien définis. Juste à gauche du clavier, 5 touches dédiées aux macros peuvent être reparties sur 3 profils différents (pour un total de 15 raccourcis configurables).

L'immense majorité des PC portables dits "gamers" sont équipés du même processeur. Nous avons donc affaire à un solide Intel Core i7 6700HQ, CPU 4 à cœurs affichant des fréquences allant de 2,6 GHz à 3,5 GHz. Sans grande surprise, il offre d'excellentes performances et permet à notre indice de puissance — basé sur une série de benchmarks — d'être très élevé.
Le Predator 17 est donc à l'aise dans tous les usages, du plus simple au plus poussé (bureautique, web, montage vidéo, retouche photo, création musicale...). Il est très difficile de le prendre en défaut. On profite bien entendu d'un Windows 10 très fluide, qui démarre en 13 secondes et s'arrête en 11 secondes. Batterie Asus X71SL ,
Le Predator 17 est proposé en deux versions par Acer : une première équipée d'une carte graphique GeForce GTX 970M (3 Go de GDDR5), une autre avec une 980M (4 Go de GDDR5), un peu plus chère. C'est cette dernière que nous testons ici. C'est donc la carte la plus haut de gamme que l'on peut trouver sur un PC portable, si l'on excepte les quelques "monstres" sous GTX 980, comme le MSI GT72S Dragon Edition. Là encore, sans grande surprise, les performances sont très bonnes et l'indice de puissance élevé.
En plus d'un benchmark sous 3D Mark, nous avons également lancé quelques jeux en 3D, en Full HD avec un niveau de détails au maximum pour les résultats suivants : 42 images par seconde sur Metro Last Light, 37 i/s sur Crysis 3, 95 i/s sur Battlefield 4, 54 i/s sur The Witcher 3 et 120 i/s sur Tomb raider. Bref, comme vous pouvez le constater, l'expérience vidéoludique est excellente et presque sans compromis.
Avec plus de 4 cm d"épaisseur et 4,1 kg sur la balance, on ne peut pas vraiment dire que le Predator 17 soit une machine passe-partout. Sur ce créneau, nous sommes au même niveau qu'un ROG G752 d'Asus. Ceci étant dit, le critère de la transportabilité n'a que peu d'importance ici, ce type de machine étant destiné à rester avant tout posé sur un bureau.

En mars 2016, nous avons été bluffés par l'autonomie du Predator 15, qui dépassait aisément les 5 heures sous Netflix, soit un excellent score pour un PC portable gamer. Quelques mois plus tard, le bilan est moins enthousiasmant avec le Predator 17 : notre test de lecture sous Netflix (sous Chrome, luminosité à 200 cd/m², casque branché) atteint 3h05. Un chiffre qui reste cependant bon par rapport à des machines concurrentes : le ROG G752 ne dépasse pas 2h19 et le GT72 Dragon Edition, 1h49.
Comme souvent avec les PC portables, la partie audio est en demi-teinte. La sortie casque est ainsi de bonne qualité, avec une distorsion faible (0,03 %) et une bonne puissance de sortie (112 mV rms). L'ensemble du spectre sonore est bien restitué. Batterie Asus X52J ,
Côté haut-parleurs, le bilan est en revanche bien plus mitigé. À l'image du Predator 15, le Predator 17 dispose d'un subwoofer sous son châssis, ce qui permet, à l'oreille, de profiter de quelques basses qui ont cependant tendance à vite saturer. Une fois les haut-parleurs passés en labo (graphique ci-dessus), on constate une domination nette des médiums et des hauts-médiums. Seule la voix passe correctement.